fond21.jpg

C'était le samedi 13 novembre 2021

LogoCeltic.jpg

à HINX

MontageCeltic2.jpg

Photos Alain Bats

La musique endiablée des Celtic Sailors

Samedi, les Sp’Hinx recevaient à Hinx le groupe Celtic Sailors, six musiciens et deux danseuses, qui ont enflammé le public. Depuis 2004, ils se sont regroupés autour de Bertrand Clouard, passionné de musique irlandaise, pour reprendre le répertoire traditionnel et l’enrichir de leurs compositions, mais aussi d’une musique travaillée, mêlant rock, jazz et country, sans rien perdre de son origine celtique. Et c’est une musique entraînante, endiablée même, qui électrise et propulse vers un ailleurs énigmatique.

Des chansons de marins au départ, puis des chansons tout simplement, pour dire la joie de vivre, de chanter et de danser. Charles est au violon, Laurent à l’harmonica, Emmanuel à la basse, Julien à la batterie et Erwan à la flûte. Pendant le concert, chacun se fait soliste avec un moment instrumental solo, ce qui permet au public d’apprécier la sonorité de chaque instrument et la virtuosité de chaque musicien. Les danseuses s’illustrent Les danseuses aussi ont impressionné le public. Marie et Cécile, deux danseuses professionnelles venues du classique, se sont lancées dans une danse physique, rapide et rythmée avec la frappe des claquettes irlandaises. Elles sont très différentes des claquettes américaines, car sans métal mais montées sur des socles de résine. Ce qui donne un son moins sec, plus corporel et tout aussi enivrant. Elles dansent avec un accord parfait comme on danse dans les rues de Dublin car la musique irlandaise passe par toutes les fibres du corps qu’elle emporte avec elle.

À Hinx, le public a été emporté, bluffé même, par ce groupe d’une qualité exceptionnelle. Sur les fauteuils, on a frémi et on a bougé avec une irrépressible envie de se lancer dans cette danse folle.

C’est le pouvoir de la musique que d’ensorceler et, si la musique irlandaise l’a poussé à l’extrême, les Celtic Sailors en sont une superbe expression, mélange de joie, de douce douleur et de folles extases.

Annie Quillon, correspondante Sud-Ouest